JLE

Médecine

MENU

Appendicite chez l’enfant : scanner, IRM ou échographie ? Volume 10, numéro 6, Juin 2014

Auteur

La cohorte rétrospective (2008- 2012) du Columbia University Medical Center de New York montre que la performance diagnostique de l’échographie, suivie éventuellement d’IRM, est comparable à celle du scanner, sans les inconvénients de l’irradiation.

Les auteurs ont analysé les dossiers de 662 enfants de moins de 18 ans hospitalisés pour suspicion d’appendicite aiguë. Dans un premier groupe (groupe A, 265 patients), avant novembre 2010, la tomodensitométrie, considérée alors comme gold standard diagnostique, était généralement utilisée en premier (224 scanners : 100 négatifs et 124 positifs), puis l’échographie (40 : 10 négatifs, 6 positifs, 24 inconclusifs) et l’IRM (1, positif). À partir de novembre 2010, l’échographie était généralement faite en premier (groupe B, 397 patients) : 365 échographies (87 négatives, 72 positives, 206 équivoques) ; 20 scanners (13 négatifs, 7 positifs) ; 12 IRM (12 négatifs) ; les 206 échographies équivoques ont été complétées soit par une IRM (80 négatifs, 62 positifs) soit par un scanner (14 négatifs, 20 positifs). Le taux d’imagerie positive était pour le groupe A de 136 (51 %) et B de 161 (41 %) ; le taux de fausses appendicites respectivement de 2,5 % et 1,4 % ; les taux de perforation similaires, de même que le délai avant intervention. Il y avait une plus forte proportion d’imageries positives et d’appendicectomies dans le groupe A et donc plus d’imageries négatives dans le groupe B, mais la précision diagnostique était identique dans les deux cas (fortes sensibilités et spécificité, supérieures à 95 %, mêmes valeurs prédictives positives ou négatives).

Aspelund G, Fingeret A, Gross E, et al. Ultrasonography/MRI Versus CT for Diagnosing Appendicitis. Pediatrics 2014;133:586-93.

Que retenir pour notre pratique ?
• Protocole intéressant puisqu’il réduit l’exposition aux radiations ; utilisables, selon les auteurs, à partir de l’âge de 6 ans (quand l’enfant peut coopérer), mais l’appendicite est rare avant cet âge (moins de 5 % des appendicites de l’enfant, selon les données épidémiologiques).
• Utilisable hors milieu hospitalier ? Les auteurs l’envisagent dans leur discussion, rappelant toutefois que l’échographie est un examen plus opérateur-dépendant que le scanner ou l’IRM. La principale limite de cette étude est qu’elle a été réalisée dans un seul centre de soins tertiaires : la généralisation des résultats est exclue…

Mots clés : Appendicite ; Échographie ; Enfant [Appendicitis; Child; Ultrasonography]