John Libbey Eurotext

Médecine

MENU

Des semelles pour la gonarthrose ? Volume 7, numéro 10, Décembre 2011

Auteur

L’essai contrôlé randomisé australien a récusé l'effet de l’ajout de coins latéraux sur la symptomatologie et l’évolution de la gonarthrose.

L’essai a inclus durant 12 mois 200 personnes âgées de 50 ans ou plus ayant des signes cliniques et radiographiques de gonarthrose légère à modérée [1]. Le groupe intervention portait un coin latéral incliné de 5° sur toute la longueur du pied, le groupe témoin des semelles plates. Les critères primaires de jugement étaient cliniquement la diminution de la douleur au genou évaluée sur la semaine précédente (notation sur 11 points), radiologiquement le changement de volume du cartilage tibial médial évalué par IRM ; les critères secondaires cliniquement les modifications de douleur, de fonction, et de qualité de vie, radiologiquement la progression des altérations cartilagineuse et osseuse. Aucune différence significative n’a été constatée. L’éditorialiste hollandais [2], soulignant que cet essai de grande qualité méthodologique est le plus vaste existant, avec la limite possible d’un mésusage des semelles prescrites, discute les autres essais et méta-analyses sur le sujet et adhère à la conclusion négative globale.

1. Bennell KL, Bowles KA, Payne C, Cicuttini F, Williamson E, Forbes A et al. Lateral wedge insoles for medial knee osteoarthritis: 12 month randomised controlled trial. BMJ 2011;342:d2912.
2. Bierma-Zeinstra SMA. Effectiveness of insoles in treating medial osteoarthritis of the knee Traditional lateral wedged insoles are unlikely to benefit people with mild to moderate disease. BMJ. 2011;342:d2860.

Que retenir pour la pratique ?
• Les auteurs signalent que 13 guidelines en langue anglaise sur les 14 qu’ils ont répertoriés recommandent le port de ce type de semelles. Il en est ainsi par exemple des recommandations d’un groupe de rhumatologues français en 2008 (le nombre d’articles sur le sujet est impressionnant sur une simple requête Google…).
• Cette « prescription traditionnelle » confirme donc son inutilité, même si elle n’a pas d’effets adverses connus.

Mots clés : gonarthrose [osteoarthritis, knee]