John Libbey Eurotext

MT Cardio

Système kinine-kallicréine et maladies cardiovasculaires : renaissance d’une entité centenaire Volume 1, numéro 1, janvier-février 2005

Auteurs
Laboratoire de Recherche sur l’angiogenèse, faculté de Médecine, 67085 Strasbourg, Service d’Hypertension et Maladies vasculaires, Hôpital civil, BP 426, 67091 Strasbourg
  • Mots-clés : kinine, kallicréine, HTA/ischémie myocardique, angiogenèse
  • Page(s) : 35-46
  • Année de parution : 2005

Le système kinine-kallicréine est situé à la croisée de nombreux systèmes peptidiques et voies de signalisation tels la cascade de la coagulation, les voies de la fibrinolyse, du complément et du système rénine angiotensine. L’enzyme de conversion de l’angiotensine qui permet la synthèse de l’angiotensine II est l’enzyme même qui hydrolyse la bradykinine, peptide effecteur du système, en produits inactifs. Le récepteur B2 de la bradykinine est responsable de la majorité des effets biologiques de la bradykinine. La bradykinine est un peptide vasodilatateur et natriurétique. L’utilisation d’antagonistes spécifiques permet d’en mieux comprendre les effets pharmacologiques et ouvre des possibilités de synthèse de composés actifs en thérapeutique. Les preuves s’accumulent pour souligner l’importance du système kinine-kallicréine dans l’hypertension artérielle, sa genèse et son entretien, la protection contre l’ischémie myocardique et plus récemment dans l’activation de l’angiogenèse.