JLE

Journal de Pharmacie Clinique

MENU

Rôle du pharmacien d’officine dans la prise en charge des patients atteints de tumeurs solides et traités par un inhibiteur de kinase Volume 32, numéro 2, Juin 2013

Auteurs
Service de biopathologie, Institut de cancérologie de Lorraine, Vandœuvre-lès-Nancy, France, CNRS, UMR 7039 CRAN, Nancy, France, Université de Lorraine, Nancy, France, Pharmacien d’officine, Nancy, France

Les inhibiteurs de kinase (IK) sont des molécules faisant partie de la famille des thérapies dites ciblées, inhibant spécifiquement des voies oncogéniques directement impliquées dans la carcinogenèse et la progression des cellules tumorales. Ces thérapies ciblées sortent progressivement de la réserve hospitalière et sont maintenant disponibles à l’officine. Leur mode d’action inédit va de pair avec l’apparition d’effets indésirables encore rarement observés en médecine de ville. Ainsi l’objectif de cet article est de décrire dans un premier temps les modes d’action de ces molécules, puis dans une seconde partie les effets indésirables le plus souvent associés à ce genre de thérapeutique ainsi que les modalités de leur prise en charge. La maîtrise de cette nouvelle classe pharmaceutique ainsi que la bonne connaissance des effets indésirables associés est indispensable pour le pharmacien d’officine. Celui-ci joue alors un rôle essentiel non seulement dans la délivrance de ces médicaments mais également et surtout dans la gestion de leurs effets indésirables. La bonne information des patients ainsi que l’obtention de bons réflexes participent ainsi à la prise en charge optimale des patients traités par IK. Ainsi, l’information, les conseils délivrés et la bonne connaissance des effets indésirables (détection, prévention ou traitement). Cette prise en charge optimale permet in fine de faciliter et d’améliorer l’observance au traitement et ainsi de mettre toutes les chances du côté du patient pour la réussite de son traitement anticancéreux.