John Libbey Eurotext

Journal de Pharmacie Clinique

MENU

Médicaments potentiellement inappropriés chez les personnes âgées hospitalisées pour chute : étude de prévalence en orthopédie Volume 37, numéro 4, Décembre 2018

Illustrations

  • Figure 1

Tableaux

Auteurs
1 Service pharmacie, Hôpital Antoine Béclère, AP-HP, GH HUPS, Clamart, France
2 Service de chirurgie orthopédique, Hôpital Antoine Béclère, AP-HP, GH HUPS, Clamart, France
* Tirés à part
  • Mots-clés : conciliation médicamenteuse, liste de médicaments potentiellement inappropriés, personne âgée, chute, gestion de la thérapie médicamenteuse
  • DOI : 10.1684/jpc.2018.0404
  • Page(s) : 205-14
  • Année de parution : 2018

Plus de 30 % des personnes de plus de 65 ans font des chutes dans les pays industrialisés. Le risque de chute est augmenté par la polymédication des personnes âgées. L’objectif était d’identifier les médicaments potentiellement inappropriés (MPI) prescrits chez les patients de plus de 65 ans admis pour chute. Il s’agit d’une étude observationnelle, prospective, non interventionnelle réalisée pendant six mois. La conciliation médicamenteuse d’entrée était réalisée avec un médecin gériatre, au cours de laquelle il identifiait les MPI parmi les médicaments habituels. Ensuite, la pharmacie identifiait aussi les MPI à partir de trois listes validées (listes de Laroche, Beers et STOPP). Cent sept patients âgés de 85,5 ± 1,5 ans ont été inclus. Le nombre moyen de traitements était de 7,1 ± 0,6 par patient. L’identification de MPI par le médecin gériatre et par les listes a concerné respectivement 83 % et 82 % des patients et 27,6 % et 25,6 % des lignes de médicaments ; 63,8 % des MPI identifiés à partir d’au moins une liste étaient communs avec les MPI du médecin gériatre. Cinq classes pharmacologiques présentaient des prévalences significativement différentes entre les MPI du médecin et ceux des listes : médicaments psychiatrique, neurologique, antalgique, diurétique et gastro-intestinal. Les médicaments analysés sont le reflet de la consommation médicamenteuse des patients avant leurs chutes. Au regard des fortes prévalences de MPI, l’intégration d’une réévaluation annuelle standardisée des traitements semble nécessaire dans la prise en charge des patients. L’identification préalable des MPI par un pharmacien pourrait diminuer le temps médical nécessaire à cette réévaluation.