John Libbey Eurotext

Journal de Pharmacie Clinique

MENU

Le pharmacien et la prise en charge des patients entérostomisés Volume 34, numéro 4, Décembre 2015

Illustrations

Tableaux

Auteurs
Service de pharmacie, Centre chirurgical Marie Lannelongue, Plessis Robinson, France
* Tirés à part.

Les patients entérostomisés sont nombreux à l’hôpital. Ils doivent faire face à des répercussions physiologiques et psychologiques importantes. Les entérostomies les plus fréquentes concernent l’intestin grêle (iléostomie/jéjunostomie) et le côlon (colostomie). L’objectif de cette revue est de permettre aux pharmaciens de connaître les problématiques majeures de la prise en charge, l’impact de l’entérostomie sur les médicaments, de même que les effets gastro-intestinaux des médicaments chez des patients entérostomisés. Matériel et méthodes. Revue de la littérature scientifique pour optimiser la prise en charge des patients entérostomisés. Résultats et discussion. Les complications de l’entérostomie les plus fréquentes sont d’ordre dermatologique, concernent le syndrome de l’intestin court, la pochite, sont liées à des carences vitaminiques et à la modification de l’absorption des médicaments. La résection étendue de l’iléon modifie considérablement l’absorption des formes galéniques à libération différée et prolongée. Nombreux sont les impacts médicamenteux sur la motilité intestinale qui s’expliquent soit par des mécanismes d’action, soit par des effets indésirables. La constipation ou la diarrhée sont gênantes. La diarrhée peut devenir grave, par la déshydratation qu’elle engendre chez les iléostomisés. Conclusion. Le pharmacien clinicien doit connaître aussi bien les contre-indications, les précautions d’emploi des médicaments chez les entérostomisés, que le traitement des complications. Les modifications organoleptiques des selles en rapport avec la prise de certains médicaments ou d’aliments doivent être également considérées.