John Libbey Eurotext

Journal de Pharmacie Clinique

MENU

Entérocolite neutropénique associée au docétaxel, un effet indésirable rare mais redoutable : à propos d’un cas Volume 31, numéro 3, Septembre 2012

Auteurs
Service de pharmacie, Centre hospitalier d’Armentières, France, Service de réanimation, Centre hospitalier d’Armentières, France
  • Mots-clés : docétaxel, entérocolite neutropénique, pharmacovigilance
  • DOI : 10.1684/jpc.2012.0222
  • Page(s) : 163-6
  • Année de parution : 2012

Le docétaxel est largement utilisé dans le traitement du cancer du sein ou encore du cancer du poumon. Ses toxicités digestive et hématologique sont connues. Nous présentons ici le cas d’une entérocolite neutropénique, effet indésirable rarement décrit mais potentiellement fatal du docétaxel. Une femme de 60 ans, ayant reçu trois cures de FEC (5-fluoro-uracile, épirubicine, cyclophosphamide) suivies de trois cures de docétaxel se présente aux urgences sept jours après sa dernière cure de docétaxel pour une fièvre accompagnée de céphalées violentes, douleurs abdominales, diarrhées et vomissements ainsi que d’une neutropénie. Le diagnostic de colite infectieuse est alors posé et une antibiothérapie associant ceftriaxone-métronidazole est instaurée. L’évolution de la patiente sera marquée par une aggravation de son état nécessitant son transfert en réanimation où l’évolution sera favorable suite à une réhydratation, une mise au repos de l’intestin et une antibiothérapie à large spectre par pipéracilline-tazobactam et ciprofloxacine. Devant l’absence de documentation bactériologique, l’étiologie retenue sera celle d’une entérocolite neutropénique associée au docétaxel. Les signes cliniques de l’entérocolite neutropénique sont peu spécifiques et le diagnostic est difficile. Le mécanisme en cause n’est pas connu mais une des hypothèses est la survenue initiale d’ulcérations de la muqueuse digestive, associée à une neutropénie, un déséquilibre de la flore intestinale, et une baisse de la circulation sanguine au niveau du cæcum, favorisant ainsi la pullulation microbienne et la translocation bactérienne. La mortalité associée à cette manifestation est importante et estimée entre 40 et 50 % par certains auteurs. L’entérocolite neutropénique devrait être évoquée chez tout patient traité par docétaxel présentant des signes de colite. La prise en charge est symptomatique et une antibiothérapie à large spectre est recommandée. Aucune recommandation n’existe concernant la réintroduction du docétaxel après une entérocolite neutropénique, bien que certains auteurs préconisent son arrêt définitif.