John Libbey Eurotext

Journal de Pharmacie Clinique

MENU

Dysgueusies iatrogènes Volume 18, numéro 3, Septembre 1999

Auteurs
  • Mots-clés : goût, dysgueusie, iatrogénie, traitement.
  • Page(s) : 203-12
  • Année de parution : 1999

Les troubles iatrogènes du goût, bien que fréquents, sont souvent méconnus, et par conséquent rarement traités. Les médicaments peuvent affecter le système gustatif de différentes façons. En effet, le goût est le résultat de la stimulation de nerfs chimiosensibles par des molécules sapides qui se fixent directement au récepteur (cellule gustative), ce qui permet l’ouverture de canaux ioniques ou la mise en jeu de seconds messagers. De nombreuses thérapeutiques sont non seulement susceptibles d’intervenir sur les différentes étapes de la naissance du goût, mais aussi de modifier la qualité de la salive qui joue un rôle non négligeable dans le maintien de l’environnement de la cellule gustative. Ces thérapeutiques entraînent des dysgueusies qui se manifestent par la perte relative ou totale de l’acuité gustative ou par des distorsions du goût. Ces troubles, qui semblent bénins, peuvent avoir des répercussions sur l’appétit ou sur les habitudes alimentaires, mais ils peuvent également altérer suffisamment la qualité de vie des personnes qui en souffrent pour les amener à arrêter leur traitement jugé responsable. Habituellement, ils disparaissent à l’arrêt de la thérapeutique, mais quelquefois, des traitements spécifiques doivent être mis en œuvre, afin de rétablir une fonction gustative satisfaisante.