John Libbey Eurotext

L'Information Psychiatrique

Utilisation des objets connectés dans le trouble d’adaptation Volume 93, numéro 8, Octobre 2017

Illustrations

  • Figures 1 et 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
Auteurs
Centre d’évaluation et de traitement des stratégies de l’adaptation de Lyon (Cetsa Lyon), Clinique Lyon-Champvert, groupe Clinea, 71, rue Benoist-Mary, 69005 Lyon, France
* Correspondance
  • Mots-clés : e-santé, objet connecté, évaluation, dépression, stress, sommeil, prise en charge, accompagnement thérapeutique, technologie de l’information et de la communication
  • DOI : 10.1684/ipe.2017.1690
  • Page(s) : 669-75
  • Année de parution : 2017

L’intérêt croissant pour la santé connectée reflète assez peu la demande des médecins eux-mêmes, il faut bien le reconnaître, mais plus la curiosité du citoyen préoccupé de performances, y compris de se reposer ou de prendre du plaisir, comme nouveau témoin du bonheur. Appliquée à la psychiatrie, domaine de l’intersubjectif et de la parole, l’idée même de l’utilisation d’objets connectés ne va pas de soi. Dans cet article nous sommes heureux de partager l’expérience DEED, tant en termes d’intérêt médical qu’en termes d’impact institutionnel, afin de dégager le bénéfice réel apporté au patient. À cet égard, nous aborderons les limites d’utilisation des objets connectés dans le respect de la protection des patients. Enfin, nous dresserons ce que peuvent être les perspectives de la santé connectée en psychiatrie.