JLE

L'Information Psychiatrique

MENU

Stigmatisation en pays Betsimisaraka. S’éloigner pour mieux s’apercevoir Volume 83, numéro 10, décembre 2007

Auteur
Psychiatre et anthropologue, Unité de réhabilitation et de réinsertion psychosociale, EPSMR, 42, chemin du Grand-Pourpier, 97460 Paul

Dans le cadre de l’accompagnement à la mise en place d’un réseau de référence provincial en santé mentale dans la province malgache de Toamasina, nous avons pu effectuer plusieurs missions exploratoires pour tenter de dégager, par le recours au recueil de récits et à leur analyse narrative, la forme prise par l’exclusion et la stigmatisation des personnes souffrant de troubles psychiques sévères dans cette province côtière malgache. Au-delà de la pratique dite du « ligotage » et des stigmates corporels qui l’accompagnent, que nous avons pu mettre en évidence, c’est d’abord la fonction particulière dévolue aux malades psychiques dans des enjeux locaux de pouvoir qui nous est apparue comme remarquable. L’individu souffrant de troubles psychiques sévères, mis en scène tour à tour dans des pratiques d’endorcisme et d’exorcisme, apparaît comme utilisé dans la lutte qui oppose à Toamasina et à Madagascar, l’ancestrisme néotraditionnel aux nouvelles églises protestantes malgaches (FLM et FJKM). De la cérémonie du Tromba au Petratanana des Toby, le malade psychique n’est souvent associé aux rites que pour mieux y être désigné… stigmatisé puis exclu.