JLE

L'Information Psychiatrique

MENU

Perversion et sujet âgé Volume 88, numéro 1, Janvier 2012

Auteur
Psychiatre des hôpitaux, chef du pôle de psychiatrie du sujet âgé, EPSMD de l’Aisne, 02320 Prémontré, France

Qu’en est-il des comportements pervers chez le sujet âgé ? Peut-on parler d’aménagements pervers chez un sujet névrosé confronté lors de la sénescence à des modifications de la relation d’objet et du narcissisme ou s’agit-il de sujets présentant une structure perverse remaniée par l’âge ? C’est la question clinique que nous aborderons dans ce travail suscité par le thème du dernier congrès de la SIP 1. Dans la métapsychologie freudienne, l’enfant est un pervers polymorphe ; qu’en est-il dans l’âge avancé de la vie qui instaure un rapport autre à la liaison pulsionnelle et au désir ? Nous évoquerons des situations cliniques qui illustrent cette interrogation. Les difficultés relationnelles ou le passage à l’acte sont souvent mis trop rapidement sur le compte de troubles de l’humeur ou d’altérations cognitives. La perversion chez le sujet âgé est peu abordée dans la littérature scientifique comme dans la pratique clinique, nous en analyserons les raisons.