JLE

L'Information Psychiatrique

MENU

Organisation des soins en santé mentale : quelle juste place pour les centres experts en pédopsychiatrie ? Volume 99, numéro 8, Octobre 2023

Auteurs
1 Service de Psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent, Hospices civils de Lyon, Bron
2 CRMR Dev-Gen, Service de psychopathologie du développement, Hospices civils de Lyon
3 Institut d’histoire des représentations et des idées dans les modernités, ENS de Lyon
4 Centre de Recherche sur l’épidémiologie de la santé et des populations, Université de Paris-Saclay, Villejuif
5 Addipsy, Centre ambulatoire d’addictologie et de psychiatrie, Groupe santé Basque Développement, Lyon
6 Service de Médecine et de SSR, Centre hospitalier spécialisé le Vinatier, Bron
7 Pôle de Psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, Centre hospitalier spécialisé le Vinatier, Bron
8 Internat de psychiatrie, Université de Picardie Jules Verne, Amiens
9 CH de Saint-Cyr-au-Mont-d’Or, Saint-Cyr-au-Mont-d’Or
10 Laboratoire Research On Healthcare Performance (RESHAPE), Service d’économie de la santé, Hospices civils de Lyon, Université Claude-Bernard, Lyon
* Correspondance : P. Espi <pauline.espi@chu-lyon.fr>

Nos pratiques soignantes et nos dispositifs de pédopsychiatrie sont actuellement en pleine transformation. Nous constatons que de plus en plus de structures d’évaluation, de coordination et de recherche voient le jour, tandis que les CMP et les CMPP sont en difficulté pour répondre à leurs missions de soin. Nous proposons ici des pistes d’analyse à ces difficultés, et soulevons les enjeux de légitimation et délégitimation des professionnels que peut entraîner la prise de pouvoir croissante des centres experts (sur le plan financier, organisationnel, et en termes d’autorité du discours). Nous discutons les promesses portées par les centres experts, mais aussi leurs limites et écueils possibles, concernant la démarche clinique et diagnostique comme concernant le positionnement au sein de la communauté. Nous proposons l’hypothèse qu’il existe en réalité deux typologies de position expertale en pédopsychiatrie : le spécialiste qui est spécialiste d’une typologie de trouble (le clinicien du centre expert), et celui qui est le spécialiste de cet enfant-là (l’enfant lui-même, les parents, les éducateurs, les soignants référents). Nous défendons l’idée que ces deux expertises doivent être reconnues et articulées, en pensant les conditions de possible de cette articulation, dans les organisations de soins comme dans les rapports entre acteurs de la communauté thérapeutique, ainsi que dans les formes de transmission du savoir.