John Libbey Eurotext

L'Information Psychiatrique

MENU

L’insertion professionnelle des patients schizophrènes : changements dans les Esat 1 et conséquences cliniques Volume 84, numéro 9, Novembre 2008

Auteur
Psychologue clinicienne, unité thérapeutique d’accueil familial adulte, service du Dr Trémine, psychiatrie B, CHG Robert-Ballanger, 93602 Aulnay-sous-Bois ; doctorante au sein du laboratoire Psychanalyse, santé et travail de C. Dejours, Cnam, Paris ; membre du comité de rédaction de la revue Champ psychosomatique

L’image idéale du travail comme vecteur d’épanouissement est mise à mal depuis une trentaine d’années. Si l’insertion professionnelle des patients de la psychiatrie s’animait du souhait de voir leurs troubles se stabiliser et de déstigmatiser les troubles psychiques dans notre société, la réalité du monde du travail nous amène désormais à questionner cette volonté de voir nos patients intégrer le monde du travail. Issus du mouvement de désaliénisation des hôpitaux psychiatriques et profitant de la naissance de la psychiatrie de secteur, les Esat ont été créés comme des espaces de travail protégés mais ils subissent aujourd’hui des bouleversements en résonance avec ceux du monde du travail. L’évolution des Esat nous amène aujourd’hui à questionner leur fonction de protection des patients atteints de troubles psychiques. À partir de cette double mise en tension, il s’agira de questionner les enjeux inconscients qui peuvent sous-tendre la relation médecin-malade et animant la volonté médicale de voir les patients schizophrènes insérés dans un milieu ordinaire de travail.