JLE

L'Information Psychiatrique

MENU

Conscience des troubles et vécu des parents dans la schizophrénie débutante Volume 90, numéro 2, Février 2014

Auteurs
1 Interne en DES de psychiatrie Île-de-France, service ERIC, hôpital Jean-Martin Charcot, 30, avenue Marc-Laurent, BP 20, 78375 Plaisir cedex, France
2 Praticien hospitalier, service ERIC, hôpital Jean-Martin Charcot, 30, avenue Marc-Laurent, BP 20, 78375 Plaisir cedex, France
3 Psychologue clinicienne stagiaire, service ERIC, hôpital Jean-Martin Charcot, 30, avenue Marc-Laurent, BP 20, 78375 Plaisir cedex, France
4 Psychiatre assistante, service ERIC, hôpital Jean-Martin Charcot, 30, avenue Marc-Laurent, BP 20, 78375 Plaisir cedex, France
5 Interne en DES de psychiatrie Île-de-France, hôpital Jean-Martin Charcot, 30, avenue Marc-Laurent, BP 20, 78375 Plaisir Cedex, France
6 Praticien hospitalier, service ERIC, hôpital Jean-Martin Charcot, 30, avenue Marc-Laurent, BP 20, 78375 Plaisir cedex, France
* Tirés à part

Dans les schizophrénies débutantes, une durée importante entre l’apparition des symptômes et la première prise en charge psychiatrique est associée à un pronostic défavorable. L’accès aux soins doit donc être le plus précoce possible. Parmi les facteurs l’influençant, le rôle des parents apparaît important, quoique peu exploré. Nous avons cherché à le préciser en évaluant leur conscience des troubles ainsi que leur vécu de l’émergence des symptômes et des premiers soins. Pour cela, nous avons réalisé une analyse qualitative d’entretiens semi-directifs menés auprès de chacun des parents de sept patients, un an après leur première prise en charge. Cette étude montre que la conscience des troubles est un phénomène complexe, variable dans le temps, évoluant chez chaque parent indépendamment du conjoint. La question de la conscience des troubles apparaît sous-tendue par un vécu douloureux des familles, souvent à l’origine de la demande d’aide. Cela confirme le rôle majeur des parents dans l’accès aux soins et souligne l’importance d’inclure précocement l’entourage dans les prises en charge, en tenant compte du rythme de chacun.