JLE

L'Information Psychiatrique

MENU

Cloisonnements et coopérations dans le champ de la prise en charge des troubles psychiques Volume 81, numéro 4, Avril 2005

Auteur

À partir d’un territoire précis, celui de la communauté urbaine de Lille, et d’une investigation par observations in situ et entretiens, la recherche a étudié le mode de fonctionnement du champ de la prise en charge du trouble psychique. Ce champ est analysé globalement comme un marché dans lequel différents professionnels participent volontairement ou non, souvent consciemment, au processus de construction de leurs clientèles. La genèse de ces constructions de « niches » se trouve non seulement dans les logiques économiques, mais aussi dans celle des goûts et passions professionnelles autour de la construction de la « demande » de l’usager ou de la forme plus artisanale ou plus industrialisée du travail. L’absence d’une formation discursive interprofessionnelle ainsi que l’existence des réseaux informels et la stigmatisation des malades mentaux contribuent à l’inertie de l’ensemble. Cependant, des dispositifs passerelles voient le jour, portés par les politiques publiques ou des militants. Ils sont de deux types : les dispositifs interstitiels, organisations polyvalentes et floues, et les dispositifs-réseaux, qui articulent différentes organisations classiques de prise en charge. Pour le moment, les premiers semblent mieux assurer des fonctions d’accessibilité de soins pour le public exclu des prises en charge classiques et une meilleure convivialité des prises en charge, qui sont plus globales pour l’usager, au confluent du sanitaire, du social et du culturel. Les seconds tâtonnent encore, à la recherche de la configuration la plus fonctionnelle et autour de leurs normes éthiques.