John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Vers une optimisation de l’utilisation des anti-angiogéniques en pratique clinique Volume 17, numéro spécial 5, Cancer colorectal : acquis thérapeutiques récents

Auteurs
Hôpital Robert Debré CHU Reims, France Hépato-gastroentérologie et cancérologie digestive Avenue du Général Koenig 51092 Reims Cedex

Le rôle de l’angiogenèse dans la prolifération tumorale a conduit au développement de plusieurs agents ciblant la voie pro-angiogénique médiée par le Vascular Endothelial Growth Factor (VEGF). De nouveaux effets indésirables notamment cardio-vasculaires, différents des effets indésirables classiques des agents cytotoxiques utilisés en chimiothérapie conventionnelle, ont été décrits et nécessitent une prise en charge spécifique. Ces effets indésirables, même mineurs, peuvent retentir sur la qualité de vie des patients et imposer des reports voire des arrêts thérapeutiques délétères. L’hypertension artérielle (HTA) et la protéinurie sont des effets indésirables communs de la classe des anti-angiogéniques. Sous l’égide de sociétés savantes françaises, un groupe de travail a élaboré des Recommandations de Pratique Clinique de prise en charge des effets vasculaires et rénaux des anti-angiogéniques qui sont reformulées dans cette revue. La mesure de la pression artérielle doit être ambulatoire. La prise en charge diagnostique et thérapeutique de l’HTA doit s’effectuer conformément aux recommandations de la Haute Autorité de santé (HAS). Compte tenu du rôle-clé du VEGF dans la cicatrisation, l’anti-VEGF bevacizumab ne doit pas être administré cinq à six semaines avant et quatre semaines après une chirurgie majeure, une extraction dentaire ou une polypectomie ; la cicatrisation des plaies doit être vérifiée. Le patient doit être informé des risques (rares) de complications graves : thrombose artérielle, perforation digestive, hémorragie, HTA compliquée. La collaboration interdisciplinaire entre le médecin prescripteur et ses confrères généralistes et spécialistes cardiologues et néphrologues doit être étroite, confortée et optimisée par l’utilisation d’un carnet de suivi remis au patient.