John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Tests de quantification virale pour le virus de l‘hépatite B Volume 11, numéro 2, Mars-Avril 2004

Auteur
Pôle de référence hépatite C, CHU Bordeaux, Hôpital Haut‐Lévêque, avenue Magellan, 33604 Pessac Laboratoire de virologie (EA3489), Hôpital Henri‐Mondor, Université Paris XII, Créteil E‐mail : laurent.casterachu‐bordeaux.fr

La présence d‘ADN du virus de l‘hépatite B (VHB) au niveau du sang périphérique est un marqueur fiable de réplication virale et sa quantification est un élément clé de la prise en charge de l‘hépatite chronique B. Les tests de quantification de l‘ADN du VHB reposent sur deux grands types de technique : les techniques d‘amplification de la cible (PCR) et les techniques d‘amplification du signal (méthodes d‘hybridation et des « ADN branchés »). Les unités de quantification utilisées par les différents tests ne correspondent pas toutes à la même quantité d‘ADN pour un échantillon donné. Un effort de standardisation mené par l‘OMS devrait permettre de résoudre ce problème à terme. Il est recommandé de ne pas tenir compte de différences ou de variations de la quantité d‘ADN du VHB de moins de ± 0,5 log. L‘influence du génotype viral sur l‘exactitude des résultats des tests de quantification reste à déterminer. Chez les patients AgHBe‐négatifs, le seuil de 10 5 copies\mL pourrait permettre de différencier les patients porteurs « inactifs » de ceux ayant une hépatite chronique évolutive à mutant pré‐C. La quantification de l‘ADN du VHB pourrait aussi constituer un outil intéressant pour le choix du traitement optimal et pour la surveillance de son efficacité. Cependant, en l‘absence de données disponibles concernant la valeur de seuils cliniquement significatifs, il est difficile d‘établir des recommandations pratiques d‘utilisation. La détermination de ceux‐ci nécessite la réalisation d‘études cliniques appropriées.