John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Recommandations d’éradication de Helicobacter pylori en 2008 Volume 15, numéro 5, Septembre-Octobre 2008

Auteur
Service de médecine interne, CHU, hôpital Central et université Henri-Poincaré, 54035 Nancy cedex, France

La gastrite à Helicobacter pylori est associée à de nombreuses affections digestives et extradigestives. Sa responsabilité est bien établie dans les ulcères gastroduodénaux, l’éradication de H. pylori favorisant la cicatrisation des ulcères duodénaux et prévenant la récidive des ulcères gastriques et duodénaux et de leurs complications. H. pylori et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont deux facteurs de risque indépendants d’ulcère. L’éradication de H. pylori diminue le risque ulcéreux induit par les AINS, mais la prévention de la récidive ulcéreuse sous AINS nécessite un traitement complémentaire par inhibiteur de la pompe à protons. L’éradication de H. pylori est un traitement optionnel efficace de la dyspepsie fonctionnelle. La recherche de H. pylori, par méthode non invasive, a été validée dans la prise en charge de la dyspepsie lorsque la gastroscopie n’est pas indispensable. H. pylori ne joue pas de rôle significatif dans le RGO, mais son éradication se discute en cas de traitement au long cours par IPP. L’infection à H. pylori est la principale cause des lymphomes gastriques du MALT, son éradication guérissant la plupart des lésions limitées, qu’elles soient de bas ou de haut grade de malignité. Il existe des preuves convaincantes du rôle de H. pylori dans l’adénocarcinome gastrique distal de type intestinal ou diffus : épidémiologiques, physiopathologiques (interaction avec des facteurs de l’hôte et de l’environnement) et interventionnelles (animal et homme). Les groupes à risque élevé sont les patients avec antécédent personnel de cancer gastrique superficiel ou antécédent familial au premier degré de cancer gastrique. Les anémies ferriprives inexpliquées et le purpura thrombopénique idiopathique apparaissent comme de nouvelles indications d’éradication de H. pylori. Les recommandations européennes de 2005 et américaines de 2007, plus récentes et plus complètes que le consensus français révisé en 1999, actualisent les indications du diagnostic et du traitement de l’infection à H. pylori.