John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Manométrie œsophagienne de haute résolution avec analyse topographique des pressions œsophagiennes : conseils pour la pratique et adaptation française de la classification de Chicago Volume 19, numéro 5, Mai 2012

Auteurs
Hôpital Edouard Herriot, exploration fonctionnelle digestive, 5 place d’Arsonval, 69437 Lyon cedex 03 ; Université Claude Bernard Lyon I, Lyon, Institut des maladies de l’appareil digestif, CIC-Inserm ; Université de Nantes, Nantes, Centre d’exploration fonctionnelle digestive, Paris, Gastroentérologie, Assistante Publique – Hôpitaux de Paris ; Université Denis Diderot Paris VII, Colombes, Physiologie et ADEN, CHU de Rouen, Rouen, CHU Pontchaillou, Exploration fonctionnelle digestive, Rennes, CHU de Bordeaux, Hépato-gastro-entérologie ; Université Bordeaux Segalen, Bordeaux

La manométrie œsophagienne de haute résolution avec analyse topographique des pressions est devenue l’examen de référence pour le diagnostic des troubles moteurs de l’œsophage. Cette technique comporte des mesures rapprochées des pressions sur toute la hauteur de l’œsophage. Les enregistrements comprennent une période basale sans déglutition suivie de 10 déglutitions de 5 mL d’eau. La restitution topographique facilite l’interprétation de l’examen. L’analyse débute au niveau de la jonction œsogastrique puis les déglutitions sont caractérisées individuellement. La clairance œsophagienne est étudiée de manière indirecte par l’analyse des profils de pression intra-bolus. Des outils de mesure spécifiques ont été développés pour analyser la topographie des pressions. Les troubles moteurs sont définis dans la nouvelle classification de Chicago. Les anomalies de relaxation de la jonction œsogastrique sont d’abord prises en compte : des contractions œsophagiennes normales sont retrouvées dans le défaut isolé de relaxation de la jonction œsogastrique et absentes dans l’achalasie. Certains troubles moteurs comportent des anomalies qui ne sont jamais observées chez les sujets sains : il s’agit des spasmes œsophagiens, de l’œsophage marteau-piqueur et du péristaltisme absent. Enfin, les désordres péristaltiques sont définis statistiquement par des valeurs excédant les limites de la normale. Leur signification clinique reste à déterminer.