John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Lymphomes gastriques du MALT de bas grade : facteurs prédictifs de la réponse au traitement médical Volume 11, numéro 2, Mars-Avril 2004

Auteur
Service d‘hépato‐gastroentérologie, Hôpital Henri‐Mondor, 51, avenue du Maréchal‐de‐Lattre‐de‐Tassigny, 94000 Créteil E‐mail : michael.levyvoila.fr

La réponse au traitement médical conservateur du lymphome gastrique du MALT de bas grade n‘est pas influencée par l‘aspect endoscopique ni par la proportion de grandes cellules au sein de la prolifération tumorale. La présence d‘adénopathies périgastriques et, pour certains, la profondeur de l‘infiltration pariétale en échoendoscopie diminuent significativement le taux de rémission après traitement éradicateur de l‘infection à Helicobacter pylori mais également après traitement par agents alkylants. La translocation t(11;18) est présente chez près de 70 % des patients Helicobacter pylori négatifs ayant un lymphome gastrique du MALT. Elle est un facteur d‘échec du traitement éradicateur et du traitement par agents alkylants. Elle permet d‘expliquer l‘échec du traitement de certains patients ayant un stade IE (sans adénopathie). L‘attitude thérapeutique doit tenir compte de la présence d‘adénopathies périgastriques et\ou de la translocation t(11;18) en cas d‘échec du traitement éradicateur.