John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

L’hépatologie à l’ANGH 2021 Volume 28, supplément 7, Décembre 2021

Auteur
CHI de Créteil, 40 avenue de Verdun, 94010 Créteil
* Correspondance

Les maladies du foie sont plus fréquentes dans une population de patients hospitalisés en secteur psychiatrique en raison du cumul de plusieurs facteurs de risque au niveau hépatique : consommation chronique d’alcool, possible antécédent de toxicomanie avec risque viral, surpoids, syndrome métabolique et prise de médicaments hépatotoxiques. L’index FIB-4 a été utilisé comme biomarqueur simple pour diagnostiquer la fibrose hépatique. 13 % des patients testés avaient un FIB-4 > 1,45 et 25 patients avaient in fine une fibrose ≥ F2. Le score PAGE B a été validé pour prédire le risque de développer un carcinome hépato-cellulaire (CHC) chez les patients ayant une hépatite chronique virale B traité ou non traitée. Une étude de pratiques a conclu à une grande hétérogénéité des pratiques professionnelles en matière de dépistage du CHC chez les patients porteurs chroniques du virus de l’hépatite B sans fibrose. Une étude de cohorte belge a confirmé la part très importante de l’intoxication alcoolique dans la survenue de cirrhose et de cancer du foie. Une étude de pratiques a évalué le recours au TIPS en France dans les CHU et les CHG, en particulier les indications et les difficultés rencontrées à la pose. Dans le cadre de l’urgence l’hémorragie réfractaire au traitement était la 1re cause de pose de TIPS pour 82 % des répondants. Le TIPS préemptif était proposé dans 77 % des cas en CHU mais uniquement dans 22 % des cas en CHG.