John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Les gestes proctologiques réalisables en consultation Volume 29, numéro 9, Novembre 2022

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
  • Figure 7
  • Figure 8
  • Figure 9
  • Figure 10
  • Figure 11
  • Figure 12

Tableaux

Auteurs
Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph, Service de proctologie Médico-Chirurgicale, 185 rue Raymond Losserand, 75014 Paris
Correspondance : N. Fathallah

Les maladies proctologiques constituent un motif fréquent de consultation en gastro-entérologie. Elles relèvent parfois de gestes instrumentaux simples, réalisables en consultation et indispensables à connaître par tout gastroentérologue. La maladie hémorroïdaire de grade II ou III peut ainsi bénéficier d’un traitement instrumental par photocoagulation infrarouge ou ligature élastique. Le traitement d’une thrombose hémorroïdaire externe est avant tout médical mais, en cas de persistance d’un thrombus non œdémateux gênant et/ou de l’évacuation spontanée mais partielle d’un thrombus responsable de saignements tachant les sous-vêtements, une excision (et non pas une incision !) peut être pratiquée sous anesthésie locale. Elle permet en effet l’exérèse de tout le sac thrombotique évitant ainsi la formation d’une marisque résiduelle. Les abcès ano-périnéaux dus à une fistule anale, un sinus pilonidal infecté ou une maladie de Verneuil nécessitent une incision en urgence pour soulager la douleur et éviter la propagation de l’infection. Les antibiotiques seuls sont inefficaces en cas de fistule anale. Les condylomes de la marge anale et endocanalaires peuvent parfois être traités sous anesthésie locale par électrocoagulation au bistouri électrique et/ou par photocoagulation infrarouge. Enfin, une marisque hypertrophique gênante peut être réséquée aux ciseaux froids ou au bistouri électrique sous anesthésie locale. Dans tous les cas, il faut respecter les précautions d’utilisation, le déroulement de la procédure et surtout informer les patients au préalable des suites et des complications potentielles même si elles sont exceptionnelles.