John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

La sécrétine Volume 2, numéro 3, Mai - Juin 1995

Auteur
INSERM U. 410, faculté de médecine Xavier-Bichat, 16, rue Henri-Huchard, BP 416, 75870 Paris Cedex 18, France.

L'activité sécrétine, stimulation de la sécrétion exocrine du pancréas, a été découverte en 1902 par Bayliss et Starling, et a conduit au concept d'hormone. Le peptide sécrétine, de 27 acides aminés, est synthétisé dans des cellules endocrines de l'intestin grêle proximal (les cellules S) chez les mammifères. Il est libéré par le contact de l'acide avec la muqueuse duodénale. L'activité physiologique principale de la sécrétine est la stimulation de la sécrétion bicarbonatée du pancréas. Cette sécrétion est principalement assurée par les cellules épithéliales des petits canaux pancréatiques. Elle participe à la neutralisation de l'acidité gastrique, et son rôle pourrait être particulièrement important en période interprandiale, lorsque des quantités variables de suc gastrique non tamponné sont susceptibles d'atteindre la muqueuse duodénale, amenant ainsi son pH en dessous du seuil de 4, 5, nécessaire pour libérer la sécrétine. La structure primaire des récepteurs de sécrétine a été déduite de l'analyse de leur ADNc. Il s'agit d'un récepteur à sept boucles transmembranaires, couplé à une protéine G alpha stimulatrice, qui active l'adénylylcyclase et produit une augmentation du taux d'AMP cyclique intracellulaire. L'AMP cyclique active la sécrétion de bicarbonate des cellules canalaires pancréatiques d'une manière indirecte, nécessitant de l'énergie et mettant en jeu des canaux chlorure apicaux représentant la protéine CFTR normale (cystic fibrosis transmembrane regulator).