John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

La femme et le virus de l'hépatite C Volume 8, numéro 3, Mai - Juin 2001

Auteur
Service de santé publique, hôpital Henri-Mondor, 94010 Créteil.

La prévalence de l'infection virale C chez la femme est d'environ 1 % en France. Elle a été majoritairement transmise par transfusion jusqu'en 1991 et est maintenant en rapport avec l'utilisation de drogues. La gravité potentielle de l'infection est comparable à celle de l'homme, avec toutefois une progression de la fibrose qui pourrait être plus lente. Au cours de la grossesse, période de tolérance immunitaire, le taux d'ALAT se normalise le plus souvent, tandis que la charge virale augmente. Le risque associé au virus de l'hépatite C au cours de la grossesse est essentiellement le risque de transmission au nouveau-né, qui reste faible, environ 5 %. Ce risque dépend notamment de l'importance de la charge virale, mais, en dehors d'un traitement antiviral éradicateur avant la grossesse, il n'existe pas, à l'heure actuelle, de traitement préventif efficace. Le recours à l'assistance médicale à la procréation est maintenant possible pour les couples dont l'un ou l'autre des membres est infecté, et ce dans le cadre d'un protocole d'étude relevant des dispositions de la loi Huriet.