John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Infections anorectales sexuellement transmissibles (hors HPV) Volume 23, numéro 9, Novembre 2016

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
  • Figure 7
  • Figure 8

Tableaux

Auteurs
1 Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph, Institut Léopold Bellan, service de proctologie médico-chirurgicale, 185, rue Raymond Losserand, 75014 Paris, France
2 Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph, service de microbiologie, 185, rue Raymond Losserand, 75014 Paris, France
* Tirés à part

Les infections sexuellement transmissibles (IST) représentent un problème majeur de santé publique dans le monde, en raison de leur incidence croissante en dépit des campagnes de prévention, et car elles augmentent le risque d’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Leur localisation anorectale concerne essentiellement des hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes, mais elles peuvent être vues chez les hétérosexuels (hommes ou femmes). La transmission se fait lors de pratiques sexuelles non protégées (pénétration anale, sexe oro-anal, fist-fucking). Durant ces dernières années, la reprise des comportements sexuels à risque a conduit à la résurgence d’infections anciennes (comme la syphilis), à l’augmentation de l’incidence de la gonococcie et à l’émergence de la lymphogranulomatose vénérienne rectale dans les pays occidentaux. En cas de suspicion d’IST anorectale bactérienne, le diagnostic est confirmé par la culture et des tests rapides de biologie moléculaire à partir d’un écouvillonnage rectal. Le traitement doit être initié d’emblée et repose sur des recommandations bien établies.