John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Indications actuelles de l’acide ursodésoxycholique Volume 19, numéro 10, Décembre 2012

Auteur
Université Paris 7 Diderot, Faculté de Médecine Xavier-Bichat, 16, rue Henri-Huchard 75018 Paris

Depuis l’introduction en 1975 de l’acide ursodésoxycholique dans la dissolution médicale des calculs cholestéroliques, ses indications se sont considérablement étendues et diversifiées. Ces nouvelles indications tirent profit des remarquables propriétés biologiques de cette molécule : cholérétique, anti-inflammatoire, immuno-modulateur, protecteur contre la nécrose, l’apoptose et le stress oxydatif. Dans la cirrhose biliaire primitive, il prolonge significativement la survie à 10 ans sans transplantation. Un bénéfice a également été démontré chez les patients atteints de cholestase gravidique, de mucoviscidose, et de cholestase intrahépatique familiale progressive. Dans la lithiase vésiculaire et intrahépatique cholestérolique génétique (syndrome LPAC), son effet est spectaculaire. Un bénéfice sur la survie n’est pas établi dans la cholangite sclérosante primitive. Des études sont en cours pour tester d’autres indications. Des dérivés de l’acide ursodésoxycholique, comme l’acide nor-ursodésoxycholique ou l’acide obéticholique, paraissent extrêmement prometteurs.