John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Hepcidine et son impact en pathologie Volume 15, numéro 4, Juillet-Août 2008

Auteurs
Inserm U-522 ; IFR140 ; Université de Rennes 1, Service des Maladies du Foie ; CHRU Pontchaillou - 35033 Rennes Cedex – France

L’hepcidine est un peptide circulant secrété dans le plasma, dont la principale source est hépatique. Elle régule en permanence la concentration et la biodisponibilité plasmatiques du fer en contrôlant, par son interaction avec la ferroportine — protéine d’export du fer — la libération de fer dans le plasma à partir des entérocytes et des macrophages. Le contrôle de la production d’hepcidine met en jeu plusieurs voies de régulation impliquant notamment : 1) les protéines HFE, TFR2 et l’hémojuvéline, toutes trois exprimées sur la membrane de l’hépatocyte, et 2) les bone morphogenic proteins (BMP) qui peuvent être sécrétées par l’hépatocyte et pourraient agir de manière autocrine. Des mutations du gène codant l’hepcidine, ou de certains des gènes impliqués dans le contrôle de son expression, sont responsables de la survenue de surcharges en fer génétiques. La diminution de production d’hepcidine permet l’augmentation de la concentration plasmatique de fer et la surcharge en fer qui en résulte. Des modulations de l’expression de l’hepcidine peuvent aussi être secondaires à des pathologies non génétiques. Une hyperexpression de l’hepcidine, observée au cours des maladies inflammatoires chroniques, favorise la séquestration macrophagique du fer et limite son absorption, diminuant la biodisponibilité plasmatique du fer, ce qui favorise l’apparition secondaire d’une anémie. Une baisse de l’expression de l’hepcidine est aussi observée notamment : 1) au cours des maladies chroniques du foie ou lors de la prise d’alcool ce qui pourrait faciliter la survenue de surcharges en fer parenchymateuses hépatiques, et 2) lors d’hypoxie et d’anémies, ce qui a pour conséquence d’augmenter le fer plasmatique disponible pour l’activité érythropoïétique compensatrice. L’approfondissement des mécanismes de régulation de l’expression de l’hepcidine et une meilleure connaissance de son impact en pathologie devraient permettre de définir de nouvelles méthodes diagnostiques et de nouvelles cibles thérapeutiques dans le cadre des pathologies liées au métabolisme du fer.