John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Hépatopathies spécifiques de la grossesse Article à paraître

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
1 Hôpital Cochin, Service d’hépatologie, 27 rue du Faubourg Saint Jacques, 75014 Paris ; Université de Paris ; INSERM U-1223, Institut Pasteur, Paris
2 CHRU Jean-Minjoz, Service d’hépatologie et de soins intensifs digestifs, Besançon ; Université de Franche Comté, EA4266, Besançon
* Correspondance

Les hépatopathies gravidiques sont les atteintes hépatiques les plus fréquentes au cours de la grossesse et peuvent être classées en fonction de leur survenue précoce (hyperemesis gravidarum) ou plus tardive (cholestase gravidique, foie toxémique incluant le HELLP syndrome et stéatose hépatique aiguë gravidique) au cours de la grossesse.

Les anomalies du bilan hépatique associées aux vomissements sévères de la grossesse se corrigent après arrêt des vomissements.

La cholestase gravidique est l’affection la plus fréquente et se caractérise par un prurit associé ou non à une augmentation des transaminases. L’acide ursodésoxycholique doit être débuté précocement et poursuivi jusqu’à l’accouchement. Le taux des acides biliaires est utile au diagnostic en cas de prurit sans anomalie du bilan hépatique et a une bonne valeur pronostique pour prédire le risque de mort fœtale in utero et la nécessité d’un accouchement prématuré.

Les anomalies du bilan hépatique avec ou sans HELLP, associées à une pré-éclampsie se caractérisent par une cytolyse avec un risque d’hématome sous-capsulaire du foie.

La stéatose hépatique aiguë gravidique est une maladie rare et grave qui se caractérise par des anomalies initialement modérées du bilan hépatique puis rapidement un ictère et une insuffisance hépatocellulaire. Le diagnostic se fait essentiellement par les critères composites de Swansea et par l’évolution de la stéatose à l’IRM en post-partum. Le traitement dans les formes graves repose sur l’évacuation utérine. En cas de retard de diagnostic et de prise en charge, le pronostic de la mère et de l’enfant est engagé.