John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Foie et cannabis : vrais ou faux amis ? Volume 29, numéro 6, Juin 2022

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4

Tableaux

Auteurs
1 Hôpital Saint-Éloi, Service hépato-gastroentérologie, 80 avenue Fliche, 34295 Montpellier Cedex 5
2 Hôpital Saint-Éloi, Service addictologie, 80 avenue Fliche, 34295 Montpellier Cedex 5
Correspondance : L. Meunier

Le cannabis, drogue illicite la plus consommée en France, affecte de nombreux processus hépato-gastro-intestinaux en raison de ses actions sur le système endocannabinoïde. Celui-ci est composé des cannabinoïdes, substances issues de la plante Cannabis sativa, dont les trois principales sont le tétracannabinol (THC), le cannabidiol (CBD) et le cannabinol (CBN) ; et de deux principaux récepteurs : le CB1 et le CB2. Le récepteur CB1 pourrait avoir un rôle pro-fibrogénique et le récepteur CB2 pourrait avoir des effets anti-fibrogéniques. Le CBD, qui n’est lié à aucun des deux récepteurs, pourrait également avoir un effet sur la fibrose hépatique et également sur la stéatose hépatique en modulant les réponses inflammatoires et les réactions oxydatives. Réduire ou supprimer l’accumulation de la fibrose et de la stéatose hépatique représente un objectif important de la prise en charge des maladies chroniques du foie, quand nous savons que l’hépatopathie stéatosique métabolique est la première cause d’hépatopathie chronique dans le monde et qu’il n’existe aucun traitement curatif pour ralentir/supprimer la fibrose hépatique et la stéatose hépatique. Par ailleurs, avec la légalisation du cannabis dans de nombreux pays, il est important de discuter de la place du cannabis chez les personnes en attente de transplantation hépatique et également les effets secondaires du cannabis en post-greffe hépatique.