John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Efficacité à long terme de la sertraline dans le traitement du prurit de la cirrhose biliaire primitive Volume 11, numéro 3, Mai-Juin 2004

Auteur
  • Page(s) : 239
  • Année de parution : 2004

Auteur(s) : Aurélie Plessier

Browning J, Combes B, Mayo MJ. Long-term efficacy of sertraline as a treatment for cholestatic pruritus in patients with primary biliary cirrhosis. Am J Gastroenterol 2003 ; 98 : 2736-41. 

L’utilisation de la sertraline (Zoloft®) a été associée à une diminution du prurit chez trois patients traités pour syndrome dépressif dans une cohorte de 40 patients ayant une cirrhose biliaire primitive (CBP). Cette observation a conduit à effectuer une étude rétrospective, évaluant l’efficacité de la sertraline dans le traitement du prurit au cours de la CBP. 
Quarante patients ayant une CPB ont été suivis pendant 7,5 ans dans une étude évaluant l’efficacité du méthotrexate associé à l’AUDC versus placebo. Les patients tenaient un journal quantifiant chaque semaine le prurit et la qualité de vie selon une échelle de 1 à 5. Si le prurit n’était pas contrôlé par la colestyramine, du phénobarbital ou de la rifampicine étaient administrés. De la sertraline était administrée pour syndrome dépressif à 3 patients qui, constatant une diminution du prurit, l’ont signalée aux médecins de l’étude. 
Dans cette cohorte, tous les degrés de prurit étaient représentés : 20 % n’avaient pas de prurit, 22 % avaient un prurit intermittent, 15 % avaient un prurit léger à modéré et 32,5 % (13 patients) avaient un prurit modéré à sévère qui ne pouvait être contrôlé par un traitement médical maximal. Parmi les 32 patient qui avaient un prurit, le prurit était fluctuant au cours de l’étude chez 31 patients. Dans cette étude rétrospective, dix patients ont été traités par la sertraline pendant plus de 6 mois pour le traitement de symptômes dépressifs, 7 avaient un prurit avant le traitement et 6 sur les 7 constataient une diminution significative ou un arrêt du prurit et arrêtaient les autres traitements du prurit. Les effets de la sertraline sur le prurit se prolongeaient pendant toute la durée du traitement. La dose médiane efficace était de 75 mg/j et il semble qu’il s’agisse d’une dose seuil chez 2 patients.

L’utilisation de sertraline semble associée à une diminution du prurit au cours de la cholestase. Lorsqu’il existe un syndrome dépressif associé à un prurit au cours de la CBP, la sertraline pourrait être le médicament de choix. Des études contrôlées randomisées sont nécessaires pour évaluer son efficacité sur le prurit.