John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Effets secondaires cutanés des anti-TNF : manifestations cliniques et histologiques, mécanismes et prise en charge Volume 19, numéro 3, Mars 2012

Auteurs
Hôpital Saint-André, service hépato-gastroentérologie et oncologie digestive, 1, rue Jean Burguet, 33075 Bordeaux, France, Hôpital Saint-André, service de dermatologie, 1, rue Jean Burguet, 33075 Bordeaux, France

L’avènement des anti-TNF a révolutionné la prise en charge des maladies inflammatoires chroniques, notamment intestinales (MICI). Parallèlement à une utilisation de plus en plus fréquente, de nombreux effets secondaires, notamment cutanés, sont rapportés et leur prise en charge mieux appréhendée par les cliniciens. Les effets secondaires cutanés les plus fréquemment décrits sont les réactions au point d’injection (RPI), les réactions à la perfusion, les infections cutanées et les éruptions psoriasiformes. Les RPI résultent d’une hypersensibilité retardée médiée par les lymphocytes T. Les réactions aux perfusions sont préférentiellement des réactions anaphylactoïdes, plus rarement de vraies hypersensibilités. Les éruptions psoriasiformes correspondent, soit à une exacerbation d’un psoriasis préexistant, soit à l’apparition d’un psoriasis de novo, soit à des réactions psoriasiformes drogues induites. Ces différentes réactions cutanées de gravité variée ne nécessitent pas obligatoirement l’arrêt de l’anti-TNF. Un traitement symptomatique est le plus souvent suffisant pour améliorer, voire faire disparaître les manifestations cutanées.