John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Dépistage du cancer colorectal : quand la génétique s'en mêle... Volume 9, numéro 4, Juillet - Août 2002

Auteurs
Service d'hépato-gastroentérologie, CHU de Nantes Hôtel-Dieu, 44093 Nantes Cedex.

Par sa fréquence et sa gravité, le cancer colorectal correspond à un réel problème de santé publique dans les pays développés. En France, il se situe au deuxième rang de la pathologie cancéreuse pour les deux sexes confondus. Trente-cinq mille nouveaux cas sont recensés chaque année, ce qui représente près de 15 % de l'ensemble des nouveaux cas de cancers diagnostiqués dans les départements couverts par un registre. En dépit d'avancées thérapeutiques significatives, en particulier en matière de chimiothérapie, la survie à 5 ans a été peu modifiée au cours des dernières décennies et reste de l'ordre de 40 %. Ce médiocre résultat s'explique par le caractère généralement tardif du diagnostic, à un stade où l'invasion pariétale est importante et parfois associée à un envahissement ganglionnaire ou à une dissémination métastatique à distance. Ces données justifient la mise en œuvre d'une stratégie de dépistage de masse dans la population des sujets à risque moyen de cancer colorectal, définie par la seule notion de l'appartenance à la tranche d'âge 50-74 ans, indépendamment de tout symptôme ou antécédent personnel ou familial significatif.