John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Définition, classification et bilan des fistules recto-vaginales Volume 7, numéro 2, Mars - Avril 2000

Auteurs
  • Page(s) : 128-30
  • Année de parution : 2000

La fistule recto-vaginale (FRV) se définit comme une communication anormale s'établissant entre rectum et vagin au travers de la cloison recto-vaginale. Elle a pour conséquence l'issue du contenu rectal, gaz et/ou selles, dans le vagin et à la vulve. Dans ce travail, nous n'avons retenu que les FRV acquises de l'adulte, excluant les FRV congénitales, formes particulières d'imperforation anale. Anatomiquement, la cloison (ou septum) recto-vaginale est une zone de contact étroit entre vagin en avant et rectum en arrière. Elle est formée de la paroi vaginale postérieure, épaisse, accolée par l'intermédiaire du mince facia de la gaine rectale, à la paroi antérieure du rectum dépourvue de méso [1]. Haute de 7-8 cm, elle constitue la paroi antérieure et inférieure de la loge rectale. Elle a sa limite supérieure au niveau du cul-de-sac péritonéal de Douglas, et s'appuie à sa partie basse sur le centre tendineux du périnée (anc. noyau fibreux central du périnée) et le sphincter anal (figure 1). Dans un plan frontal, la cloison recto-vaginale est concave vers l'arrière, les récessus latéraux du vagin se moulant sur la convexité de l'ampoule rectale. La cloison recto-vaginale est une zone de faiblesse, aux structures conjonctives peu denses et souvent fragilisées par les traumatismes obstétricaux antérieurs et la ménopause [1]. La communication entre rectum et vagin peut s'établir à différents niveaux sur la cloison recto-vaginale. On distingue ainsi les FRV hautes faisant communiquer le tiers supérieur du vagin et ses culs-de-sac avec la partie haute de l'ampoule rectale, des FRV basses plus proches des orifices vulvaire et anal. L'étiologie de la FRV détermine le plus souvent le siège de la FRV. ­ Les FRV hautes sont à distinguer des autres communications possibles entre tractus digestif et filière génitale : 1) fistules entre vagin et intestin grêle (au cours de la maladie de Crohn par exemple) ; 2) fistules entre vagin et côlon sigmoïde (en cas de diverticulose compliquée ou de pathologie tumorale) ; 3) fistules plus rares entre utérus et tube digestif. ­ Les FRV basses sont à distinguer des fistules ano-vulvaires. Ces dernières se développent entre le canal anal et la partie postérieure de la vulve et des grandes lèvres. Cette distinction, bien que utile, est parfois difficile à établir avec certitude et ne modifie pas radicalement la prise en charge. Procurant la même gêne et ayant une prise en charge assez proche, ces deux aspects cliniques peuvent être regroupés.