John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

De la villosité à la microvillosité Volume 2, numéro 3, Mai - Juin 1995

Auteur
M. Cerf, 15, rue des Gâte Ceps, 92210 Saint-Cloud, France.

Cette revue bibliographique focalisera moins sur l'atrophie villositaire telle que la réalise la maladie coeliaque que sur les anomalies structurales et fonctionnelles des microvillosités. Certes la maladie coeliaque continue de faire l'objet de nombreuses études en particulier à travers les problèmes immunologiques qu'elle soulève. Force est cependant de constater qu'aussi bien la connaissance des désordres immunitaires que celle des fractions peptidiques qui sous-tendent la physiopathologie de la maladie piétinent quelque peu. Cependant l'exploration de différents loci du chromosome 6 ainsi que l'immunoréactivité particulière des populations lymphocytaires se poursuit. La comparaison avec d'autres types d'atrophie villositaire (défaut d'expression des molécules d'histocompatibilité, maladies mitochondriales, certaines diarrhées graves rebelles) pourrait peut-être ouvrir d'intéressantes perspectives. A l'opposé le développement des connaissances portant sur la fonction des microvillosités est frappant. Les particularités structurales de la microvillosité qui doit être considérée comme une véritable sous-unité fonctionnelle au sein de l'entérocyte ont largement bénéficié des progrès en biologie moléculaire et cellulaire. Il en va ainsi de l'identification, de l'expression et de la régulation de la biosynthèse de différentes molécules transporteuses des sucres, de la régulation de la biosynthèse de différentes enzymes de la bordure en brosse et de la connaissance des mécanismes de transport des électrolytes. Ceci a des retombées significatives dans le cadre des anomalies congénitales ou acquises de l'absorption des sucres et des électrolytes ainsi que dans le cadre de certaines diarrhées graves rebelles avec atrophie des microvillosités. De même les remaniements structuraux induits par divers agents exogènes (lectines, agents bactériens ou parasitaires) au niveau des membranes plasmiques et du cytosquelette représentent de remarquables modèles d'étude de la fonction microvillositaire et tels qu'ils sont de nature à trouver un vaste champ d'application en physiologie et physiopathologie de l'absorption.