John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Conséquences fonctionnelles de la chirurgie pancréatique Volume 9, numéro 6, Novembre - Décembre 2002

Auteur
Service de chirurgie digestive, hôpital Beaujon, 100, bd Général-Leclerc, 92110 Clichy.

* La duodénopancréatectomie céphalique (DPC) pour cancer est associée à un amaigrissement. En revanche, après DPC pour pancréatite chronique, l'évolution pondérale est le plus souvent ascendante. * Le diabète est une complication rare de la DPC pour cancer (0 % à 7 % des cas). Après DPC pour pancréatite chronique, la détérioration de la fonction endocrine ne semble pas plus rapide ou sévère que celle liée à l'évolution spontanée de la maladie. * L'insuffisance pancréatique exocrine est fréquente après DPC, même en cas de parenchyme pancréatique sain. * La DPC avec conservation du pylore n'apporte pas clairement de bénéfice fonctionnel à long terme, mais elle se caractérise par la persistance du risque d'ulcère anastomotique duodénojéjunal. * La pancréatectomie gauche n'entraîne pas (ou très peu) d'insuffisance pancréatique exocrine. Le risque de diabète est globalement compris entre 2 % et 10 % en cas de parenchyme sain. Dans la pancréatite chronique, ce risque est important et peut atteindre 60 %. * La pancréatectomie totale entraîne une insuffisance pancréatique endocrine et exocrine constante et totale. Le diabète se caractérise par sa difficulté d'équilibration avec des accidents hypoglycémiques.