John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Cirrhose et infections Volume 9, numéro 4, Juillet - Août 2002

Auteur
Service de rééducation digestive, hôpital Albert-Chenevier, 40, rue de Mesly, 94010 Créteil Cedex.

Les infections bactériennes sont des complications fréquentes et graves au cours de l'évolution des cirrhoses. Les plus fréquentes sont les péritonites spontanées, les infections urinaires, les pneumopathies, les bactériémies et les infections dermatologiques. La flore prédominante, en particulier pour les péritonites spontanées, est dominée classiquement par les entérobactéries. Le diagnostic de péritonite spontanée repose sur une augmentation du nombre de leucocytes polynucléaires supérieur à 250/mm3 dans le liquide d'ascite. Le traitement curatif repose sur une céphalosporine de 3e génération (céfotaxime ou ceftriaxone) ou une bêtalactamine (amoxicilline-acide clavulanique). L'antibioprophylaxie par la norfloxacine permet de réduire le risque de récidive. Les infections nosocomiales se traduisent par une modification de l'épidémiologie caractérisée par une augmentation de la prévalence des germes à Gram positif qui deviennent prédominants. Les péritonites spontanées provoquées par ces germes ont des taux de leucocytes polynucléaires dans le liquide d'ascite inférieurs à ceux observés avec les bacilles à Gram négatif, elles ont souvent dans ces cas la forme de bacterascite symptomatique. L'émergence de Staphylococcus aureus méthicillino-résistant (SAMR) pose un problème particulier : l'augmentation de l'incidence des infections dues à ce germe est liée à un portage nasal observé chez environ 16 % des malades hospitalisés. Le portage augmente de 10 fois le risque d'infection à ce germe. Les infections à SAMR ont un caractère récidivant dans plusieurs sites et ont un moins bon pronostic que les infections à entérobactéries. L'antibioprophylaxie par la norfloxacine favorise l'émergence d'infections à germes résistants. Les modifications de l'épidémiologie des infections nosocomiales récemment décrites invitent à s'interroger sur l'épidémiologie observée dans chaque centre, à adapter les protocoles d'antibiothérapie probabiliste, à limiter la prescription de norfloxacine à titre prophylactique. La prévention des infections chez les malades cirrhotiques nécessite de nouvelles stratégies.