John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

Adénocarcinome du pancréas : quels patients opérer ? Volume 24, numéro 8, Octobre 2017

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
  • Figure 7
  • Figure 8
  • Figure 9
Auteur
Hôpital Beaujon, pôle des maladies de l’appareil digestif, service de chirurgie hépatobiliaire et pancréatique, 100 boulevard Général Leclerc, 92110 Clichy, France
* Tirés à part
  • Mots-clés : adénocarcinome du pancréas, résécabilité, traitement d’induction, duodénopancréatectomie céphalique, résection vasculaire
  • DOI : 10.1684/hpg.2017.1506
  • Page(s) : 798-807
  • Année de parution : 2017

L’exérèse chirurgicale est encore une condition à la guérison de l’adénocarcinome pancréatique, mais n’est possible que dans 10 % à 20 % des cas. L’exérèse complète avec des marges de résection saines (> 1 mm, R0), d’une tumeur localisée (pas de métastases viscérales ou ganglionnaires à distance) et sans extension vasculaire a le plus de chance de permettre une guérison, avec une survie médiane comprise entre 30 et 40 mois. Toutefois, la chirurgie n’est plus le seul traitement permettant des survies prolongées, reste associée à une mortalité significative et une morbidité importante, surtout après duodénopancréatectomie céphalique, et doit idéalement être suivie d’une chimiothérapie adjuvante pour améliorer la survie à distance. Ces éléments soulignent la nécessité d’une sélection de la tumeur et des malades en vue de la chirurgie. La TDM avec injection multiphasique, en coupes fines et récente, est indispensable pour classer les tumeurs en résécables, de résécabilité limite (« borderline resectable ») et localement avancées (le plus souvent en raison d’une extension vasculaire). Pour les tumeurs de résécabilité limite, un traitement d’induction par chimiothérapie et/ou radiochimiothérapie est de plus en plus souvent utilisé pour augmenter les possibilités de résection R0. Certaines tumeurs localement avancées peuvent devenir résécables après une chimiothérapie ayant permis une réponse tumorale majeure. La place de la chimiothérapie néoadjuvante pour les tumeurs résécables est en cours d’évaluation.