John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Un programme de prévention du risque fracturaire optimise la prise en charge de l’ostéoporose Volume 9, numéro 4, Décembre 2011

Auteurs
Centre gérontologique départemental, Marseille, EA3279, Évaluation des systèmes de soins - santé perçue, Université de la Méditerranée, Marseille, Service de médecine interne et gériatrie,, Département de santé publique,, Département des urgences,, Service de chirurgie orthopédique, Centre hospitalo-universitaire Sainte Marguerite, Marseille

Malgré la fréquence et la morbi-mortalité de l’ostéoporose, la proportion de patients ostéoporotiques ou à risque d’ostéoporose bénéficiant d’un diagnostic et de mesures thérapeutiques appropriées reste faible. La mise en place de programmes spécifiques dédiés à la prise en charge de l’ostéoporose pourrait augmenter le pourcentage de patients diagnostiqués et/ou traités pour cette maladie. Nous avons mis en place une filière de prise en charge diagnostique et thérapeutique de l’ostéoporose chez les patients ayant un risque de fracture ostéoporotique ou ayant eu une fracture sur traumatisme de basse énergie (FTBE).

Deux médecins gériatres ont été dédiés à ce programme. Les patients ont été recrutés aux urgences, dans les services d’orthopédie, de médecine interne et de gériatrie. L’évaluation a été effectuée sur 2 consultations. La première visite a évalué les facteurs de risque de chute, d’ostéoporose, les comorbidités, les données cliniques, biologiques et ostéodensitométriques (si indiquées). La seconde visite proposait une prise en charge spécifique.

Sur une période de 2 ans, 156 patients ont été inclus, 85,4 % étaient des femmes. Les fractures du col fémoral (28,6 %) et vertébrales (11,5 %) étaient les plus fréquentes. Alors que la moitié des patients avaient déjà eu une FTBE, seulement 17 % recevaient un traitement anti-ostéoporotique. Après l’inclusion dans le programme, 49 % des patients ont reçu un traitement anti-ostéoporotique (p < 0,001). Ce traitement était majoritairement de la vitamine D (35 %), une supplémentation calcique (31,2 %), et des bisphosphonates oraux (23,6 %). Tous les patients ont reçu des recommandations concernant la prévention des chutes.

Un programme de prévention du risque fracturaire permet d’améliorer la prise en charge de l’ostéoporose chez les patients à risque d’ostéoporose ou déjà victimes d’une FTBE. Notre prochain objectif de travail sera d’étendre ce programme aux autres professionnels de santé.