John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

Stimulation cognitive chez les adultes âgés : comparaison d’une méthode de stimulation par les activités de loisirs et d’une méthode de stimulation conventionnelle Volume 15, numéro 2, Juin 2017

Auteurs
Centre de recherches sur la cognition et l’apprentissage, Université François Rabelais de Tours, Université de Poitiers, UMR-CNRS 7295, France
* Tirés à part
  • Mots-clés : stimulation cognitive, vieillissement, fonctions exécutives, activités de loisirs, estime de soi
  • DOI : 10.1684/pnv.2017.0669
  • Page(s) : 214-23
  • Année de parution : 2017

L’objectif de notre étude était de comparer deux méthodes de stimulation des fonctions exécutives, l’une utilisant une approche cognitive conventionnelle, l’autre se basant sur des activités de loisirs, et d’étudier les bénéfices de cette stimulation sur des mesures cognitives (vitesse de traitement, capacité de la mémoire de travail et fonctions exécutives) et psychoaffectives (estime de soi et plainte mnésique). L’étude a porté sur 67 personnes âgées de plus de 60 ans réparties en trois groupes : un groupe engagé dans des sessions de stimulation cognitive conventionnelle, un groupe suivant un atelier de stimulation cognitive par les activités de loisirs et un groupe contrôle non stimulé. Les différentes mesures ont été évaluées avant et après le programme de stimulation cognitive. Les résultats de l’étude montrent que la méthode de stimulation cognitive par les activités de loisirs est aussi efficace qu’une méthode de stimulation cognitive plus conventionnelle sur l’empan mnésique, la mise à jour de la mémoire de travail et la plainte mnésique et qu’elle est même plus efficace pour l’estime de soi que la méthode classique. Enfin, il n’apparaît pas d’effet de la stimulation cognitive, quelle qu’elle soit, sur la vitesse de traitement, la flexibilité et l’inhibition. Ceci indique globalement qu’il est possible d’augmenter les capacités de stockage et de mise à jour de la mémoire de travail, et d’observer un transfert des bénéfices sur l’estime de soi et la plainte mnésique, en utilisant les activités de loisirs comme support de stimulation cognitive.