John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Rigidité artérielle et fonctions cognitives Volume 15, numéro 1, Mars 2017

Illustrations

  • Figure 1
Auteur
Département de gériatrie, CHRU-Nancy, Nancy, France ; Inserm U1116, Faculté de médecine, Nancy, France ; Université de Lorraine, Nancy, France
* Tirés à part

La rigidité artérielle est un prédicteur indépendant de la morbidité (infarctus, accidents vasculaires cérébraux fatals) et de la mortalité cardiovasculaire en particulier chez les patients âgés, hypertendus en insuffisance rénale préterminale et chez des sujets coronariens. Le gold standard de la rigidité artérielle est la vélocité d’onde de pouls, mesurée à l’aide d’un tonomètre. L’augmentation de la rigidité artérielle qui survient dès la midlife est associée à la survenue d’évènements cardiovasculaires et cérébrovasculaires graves ainsi qu’à un déclin cognitif. Le lien de causalité entre rigidification de l’arbre artériel et troubles cognitifs n’a pas encore été clairement établi, toutefois, de nombreuses études montrent une relation entre de plus hauts niveaux de rigidité aortique et de moins bonnes performances aux tests de mémoire, le tout étant associé à des altérations microvasculaires, une augmentation de la résistance microvasculaire et une augmentation de la leucoaraïose. Ces dommages contribuent à la pathogenèse des démences (incluant la maladie d’Alzheimer) et confirment l’importance de la détection et de la prise en charge précoce de l’augmentation de la rigidité artérielle.