John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Représentations soignantes des personnes âgées qui boivent trop d’alcool : regards croisés entre aides à domicile et infirmiershospitaliers Volume 14, numéro 4, Décembre 2016

Auteurs
1 Unité d’addictologie, Consultation mémoire, Hôpital des Chanaux, Mâcon, France ; Institut de psychologie, Université Lumière Lyon 2, France
2 Laboratoire de psychopathologie et processus de santé (LPPS), Institut universitaire Paris-Descartes-Sorbonne-Paris-Cité, Boulogne Billancourt, France
3 Institut de Psychologie, Université Lyon 2, France
* Tirés à part

Être vieux ou avoir des troubles liés à l’usage d’alcool sont deux conditions peu favorables, qui peuvent se potentialiser, pour bénéficier de soins optimaux. Pour aborder cette question selon les professionnels, deux études par entretiens ont été croisées, conduites auprès de 17 aides à domicile et 29 infirmiers hospitaliers. Les aides à domicile ont des représentations négatives et dévalorisantes des buveurs âgés, générant des ressentis d’impuissance et des difficultés d’identification. Malgré un manque exprimé de formation et de soutien, elles parviennent à développer des compétences dans leurs interventions et trouver des satisfactions dans les accompagnements. Les infirmiers ont aussi un premier abord négatif, tout en les qualifiant de moins violents et plus abordables que de plus jeunes consommateurs. Les échanges font souvent appel à l’humour, dans une tentative de rapprochement, alors que les agents ne déclarent que très peu de compétences pour des soins malgré tout possibles. Après de premières réactions d’allure défavorable, les professionnels développent des aides et des soins au quotidien avec des sujets âgés mésusant d’alcool. Les attentes de formations et de soutien pourraient améliorer l’abord et la qualité des soins à ces aînés.