John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Prise de décision dans le vieillissement normal et pathologique Volume 10, numéro 4, Décembre 2012

Auteurs
Consultation mémoire, CH du val d’Ariège, Foix, France, Service universitaire de neurologie, CHU Gui-De-Chauliac, Montpellier, France, Laboratoire Epsylon, Université Paul-Valery, EA 4556, Montpellier, France, Service universitaire de psychiatrie, CHU La Colombière, Montpellier, France

La prise de décision est un processus cognitif complexe et évolutif, susceptible d’altérations notamment au cours de l’avancée en âge. En effet, cette faculté repose sur diverses structures cérébrales se modifiant au cours du vieillissement pathologique mais aussi dit normal. Définie comme la capacité à choisir à son avantage, la prise de décision est évaluée en laboratoire sous deux modalités : l’une sous connaissance des risques pris et l’autre sous ambiguïté ou méconnaissance des conséquences des choix. Si la modalité sous risque dispose de corrélats cognitifs ainsi que de substrats neuro-anatomiques bien circonscrits, la modalité sous ambiguïté et son outil d’évaluation : l’ Iowa gambling task (IGT), a donné lieu à une théorie controversée, spécifiant une dissociation anatomo-fonctionnelle entre processus décisionnels et exécutifs. Ainsi, des études auprès de populations atteintes de processus dégénératifs témoignent de résultats disparates, sinon contradictoires, s’agissant des liens entre fonctions exécutives et performances à l’IGT. À la lumière de ces études, les auteurs proposent de discuter certains aspects de la théorie des marqueurs somatiques, et des modes de contributions des fonctions exécutives à la prise de décision sous ambiguïté.