John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Les démences « curables » en 2011 Volume 9, numéro 2, Mai 2011

Auteurs
CMRR de Strasbourg-Colmar, Pôle de gérontologie, Hôpitaux civils de Colmar, Département de neurologie, Hôpitaux civils de Colmar ; Inserm U692, Université de Strasbourg

Les démences curables sont rares, de l’ordre de 1,5 % des démences. Les causes les plus fréquentes sont neurochirurgicales : tumeurs bénignes, hydrocéphalie chronique de l’adulte (dite « à pression normale »), hématome sous-dural, causes qui sont aisément révélées par l’imagerie cérébrale. Les bilans systématiques à la recherche d’une démence infectieuse (principalement, une syphilis, une infection au VIH, une neuroborréliose de Lyme ou, plus rarement, une maladie de Whipple), endocrinienne ou carentielle sont très rarement productifs, mais restent justifiés car ces démences peuvent être totalement réversibles. La découverte d’une “cause curable” de démence n’est pas toujours garante d’une guérison complète du malade. Toutefois les bilans systématiques permettent aussi de trouver et traiter des affections ou des perturbations concomitantes réversibles qui, dans près d’un quart des cas, contribuent à l’aggraver.