John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

L’apathie dans la démence frontemporale et la maladie d’Alzheimer : existe-t-il des profils distincts ? Volume 10, numéro 1, Mars 2012

Auteurs
EA 4556, Laboratoire Epsilon, Dynamique des capacités humaines et des conduites de santé, Université Paul Valéry, Montpellier 3, Fédération de neurologie, Département de pharmacologie, Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, Université Paris VI, LPPS - EA 4057, Institut de psychologie, Université Paris Descartes, Boulogne-Billancourt

Objectif : Préciser s’il existe des profils distincts d’apathie dans la démence frontotemporale (DFT) et la maladie d’Alzheimer (MA). Sujets : 13 patients atteints de DFT, variante frontale, 36 de MA et 29 sujets témoins. Méthodes : Étude des corrélats cognitifs, affectifs et émotionnels de l’échelle d’apathie de Marin (AES) et des causes d’attribution de la restriction des activités intentionnelles (éléments étrangers, maladie, facteur dépressif, démotivation) au moyen d’une nouvelle évaluation, la Goal-directed activities scale (GDAS). Résultats : Les scores à l’AES étaient principalement liés à la sévérité des déficits cognitifs et au score comportemental d’émoussement affectif, mais non aux échelles de dépression ou à l’évaluation directe de l’émoussement affectif dans la DFT comme dans la MA. Conclusion : Il n’a pas été possible de définir des profils distincts d’apathie, cognitifs ou affectifs, dans la DFT et la MA. Toutefois, les causes d’attribution étaient dominées par la démotivation dans la DFT et des éléments dépressifs dans la MA.