John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

La fragilité : les enseignements de l’étude de la cohorte SAFEs et les perspectives d’avenir en matière de recherche Volume 9, numéro 2, Mai 2011

Auteurs
Département de médecine interne, réhabilitation et gériatrie, Hôpitaux Universitaires et faculté de médecine de Genève, Suisse, Université de Reims Champagne-Ardenne, Faculté de Médecine, E.A. 3797, Reims, France, Centre hospitalier universitaire de Reims, Hôpital Maison Blanche, Service de médecine interne et de gérontologie clinique, Reims, France, Centre hospitalier universitaire de Reims, Hôpital Maison Blanche, Unité de coordination de la recherche clinique, Reims, France, Clinique gériatrique, Hôpital Michallon, Hôpitaux Universitaires de Grenoble, France, Service de gériatrie, Hôpital Européen Georges Pompidou, Assistance Publique - Hôpitaux de Paris, Paris, France, Pôle de gériatrie, Hôpital de la Robertsau, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, France, Centre de médecine gériatrique, Hôpital Porte Madeleine, Centre Hospitalier Général d’Orléans, France, Pôle de gériatrie et gérontologie, Hôpital Purpan, Hôpitaux Universitaires de Toulouse, France, Unité de gériatrie, Hôpital Gaston Doumergue, Hôpitaux Universitaires de Nîmes, France, Service de gérontologie clinique, Hôpital de la Charité, Hôpitaux Universitaires de Saint-Étienne, France, Centre de gérontologie clinique, Hôpital de Colombière, Hôpitaux Universitaires de Montpellier, France, Centre de gérontologie, Hôpital Sainte Perrine, Assistance Publique - Hôpitaux de Paris, Paris, France

Si les efforts de recherche ont conduit à mieux préciser la physiopathologie et la dynamique du processus de fragilisation, l’actuelle définition opérationnelle de la fragilité est encore loin d’être univoque. Les études réalisées à partir des données la cohorte hospitalière SAFEs ont permis une approche pragmatique de l’identification des sous-populations à risque de survenue d’incapacité durant l’hospitalisation et les facteurs influençant leur devenir à court, moyen et long termes. À partir des enseignements existants, nous proposons une réflexion sur la pertinence des indicateurs opérationnels actuels de l’état de fragilité afin de montrer que les marqueurs ou indicateurs cliniques sont insuffisants pour permettre de différencier le processus de fragilisation du vieillissement normal. Finalement, nous mettons en exergue l’impérative nécessité d’identifier la fragilité à un stade pré-clinique au travers de marqueurs biologiques et plus particulièrement les marqueurs de l’inflammation.