John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Évolution des séquelles cognitivo-comportementales d’un traumatisme cranio-cérébral modéré à sévère plusieurs années après sa survenue. Synthèse et perspectives Volume 20, numéro 1, Mars 2022

Tableaux


Auteurs
1 Université de Lille, ULR 4072 – PSITEC – Psychologie : Interactions Temps Émotions Cognition, Lille, France
2 Inserm UMR1172 – Lille Neuroscience et Cognition, Université de Lille, France
3 Auprès-TC, Fondation Partage et Vie, La Bassée, France
4 Lille University Medical Centre, Neurorehabilitation Unit, Lille, France
5 Réseau TC-AVC des Hauts-de-France, Centre Hospitalier Universitaire, Lille, France
* Correspondance : S. Holin

Chaque année, 150 000 nouveaux cas de traumatismes cranio-cérébraux (TCC) sont recensés en France. Les TCC représentent une cause majeure de handicap chez les sujets jeunes. De nombreuses études se sont intéressées aux conséquences d’un TCC durant les premiers mois, en mettant en évidence des difficultés somatiques et cognitivo-comportementales qui impactent la vie sociale, affective et professionnelle des personnes victimes. Selon la sévérité du TCC, ces difficultés peuvent, totalement ou en partie seulement, régresser durant les premiers mois et jusqu’à deux ans après le TCC. L’évolution puis la consolidation des séquelles cognitivo-comportementales peuvent se poursuivre jusqu’à cinq ans après le TCC. Peu d’études ont porté sur l’évolution des séquelles cognitivo-comportementales avec l’avancée en âge des personnes victimes d’un TCC. Celle-ci semble être influencée par des facteurs spécifiques comme l’âge de survenue du TCC, le sexe, être porteur du gène ApoE4 mais également des facteurs environnementaux comme, la qualité des interactions cognitives et sociales.