John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

Comparaison des performances à l’épreuve des 15 mots de Rey et au RL/RI 16 dans le vieillissement normal et la démence de type Alzheimer Volume 12, numéro 2, Juin 2014

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
1 Département de psychologie et Institut des sciences cognitives, Université du Québec à Montréal, Québec, Canada
2 Centre de Recherche, Institut universitaire de gériatrie de Montréal & Département de psychologie, Université de Montréal, Québec, Canada
3 Clinique de mémoire, Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke, Centre de santé et des services sociaux, Sherbrooke, Québec, Canada
4 Centre de recherche, Centre hospitalier de l’Université de Montréal, Montréal, Québec, Canada
* Tirés à part
  • Mots-clés : épreuve des 15 mots de Rey, épreuve de rappel libre/rappel indicé 16 mots, vieillissement, démence de type Alzheimer
  • DOI : 10.1684/pnv.2014.0469
  • Page(s) : 218-26
  • Année de parution : 2014

L’objectif de cette étude est de comparer la performance de personnes âgées sans trouble cognitif (n = 40) et de patients atteints de démence de type Alzheimer (DTA, n = 40) à l’épreuve de rappel libre/rappel indicé à 16 items (RL/RI 16) et au test des 15 mots de Rey (RAVLT). Les résultats montrent que le test RAVLT, bien que considéré comme plus difficile, possède une sensibilité et spécificité légèrement meilleures que le RL/RI 16 puisqu’il permet la classification des participants des deux groupes sans chevauchement. De plus, aucun effet plancher n’était observé dans le groupe DTA et les effets plafond rapportés chez les témoins dans les conditions de RL (rappel libre) et de RLD (rappel libre différé) étaient minimes par comparaison avec ceux rapportés dans la tâche de RL/RI 16. Le RL/RI 16 présentait des effets planchers plus importants et une détérioration de la courbe d’apprentissage au fil des essais. Cependant, il offrait une image plus fidèle du niveau réel de rétention puisqu’il était nettement moins sensible à l’effet de récence que l’était le test RAVLT. En conclusion, les résultats de cette recherche permettent de mettre en lumière les avantages et les inconvénients de chacun des outils dans l’évaluation de patients DTA.