John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

SIPIBEL : un site pilote pour l’étude des effluents hospitaliers et urbains. Les grands enseignements après cinq ans de suivi et de recherche Volume 17, supplément 1, Avril 2018

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
  • Figure 7
  • Figure 8
  • Figure 9
  • Figure 10
  • Figure 11
  • Figure 12

Tableaux

Auteurs
1 Groupe de recherche, d’animation technique et d’information sur l’eau (GRAIE)
66, boulevard Niels-Bohr
69100 Villeurbanne
France
2 Université de Lyon, INSA Lyon, laboratoire DEEP, EA 7429
34, avenue des Arts
69621 Villeurbanne cedex
France
3 UMR CARRTEL, Inra, USMB
75 bis, avenue de Corzent
74200 Thonon-les-Bains
France
4 UMR écologie microbienne, CNRS 5557, Inra 1418, UCBL - VetAgro Sup
Bâtiment principal, aile 3, 1er étage
69280 Marcy-l’Étoile
France
5 Université de Limoges, Faculté de médecine, UMR-Inserm 1092
2, rue du Dr-Marcland
87000 Limoges
France
6 Suez–Treatment Infrastructure
Wastewater Technical & Innovation Division
183, avenue du 18-Juin-1940
92500 Rueil-Malmaison
France
7 Université de Poitiers, ENSIP, UMR CNRS 7285, IC2MP
86073 Poitiers cedex
France
8 Université Paris Sud, université Paris-Saclay, UMR 8079, CNRS, AgroParisTech, Faculté de pharmacie
5, rue Jean-Baptiste-Clément
92290 Chatenay-Malabry
France
9 Université de Lyon, ENTPE, CNRS, UMR 5023 LEHNA
Rue Maurice-Audin
69518 Vaulx-en-Velin cedex
France
10 Université de Lyon, CNRS, université Claude-Bernard Lyon 1, ENS de Lyon, Institut des sciences analytiques, UMR 5280
5, rue de la Doua
69100 Villeurbanne
France
* Tirés à part
  • Mots-clés : effluents, évaluation des risques, résidus de médicaments, stratégie, traitement en station d’épuration
  • DOI : 10.1684/ers.2017.1074
  • Page(s) : 59-74
  • Année de parution : 2018

SIPIBEL est un site pilote situé sur le bassin-versant franco-suisse de l’Arve et portant sur l’étude des effluents hospitaliers et urbains. Il étudie plus spécifiquement les micropolluants liés aux pratiques de soin et d’hygiène (résidus de médicaments, détergents et biocides) et les bactéries résistantes. Un suivi et des programmes de recherche ont été développés autour de ce sujet afin de répondre à une triple problématique : (1) La séparation des files de traitement des effluents urbains et hospitaliers permet-elle d’optimiser leur traitement ? (2) Y a-t-il un risque environnemental, et qui plus est un risque sanitaire, relatif à ces rejets ? (3) Quels sont les freins au changement et les leviers d’action pour réduire l’apport des résidus de médicaments dans l’environnement ? La mobilisation des acteurs de ce territoire et des scientifiques de disciplines complémentaires autour de ce site pilote a permis d’apporter des éléments de réponse sur ces trois points. En cinq ans, le site pilote SIPIBEL a permis la caractérisation de 22 points de suivi (entrées et sorties des stations d’épuration, rivière Arve et nappe du Genevois), avec 130 paramètres (paramètres physicochimiques, dont 15 médicaments, microbiologiques, hydrobiologiques et bioessais) et plus de 40 000 données compilées et qualifiées en janvier 2016. Il a permis de mettre en évidence les spécificités de l’effluent hospitalier par rapport à l’effluent urbain et de caractériser leur traitabilité ainsi que l’impact des effluents traités sur le milieu aquatique. Il a également permis de répondre à la question initialement posée, en montrant qu’il n’est pas pertinent ici de traiter séparément l’effluent hospitalier. Suite à ces résultats, le retour à une situation « normale » de traitement, dans une file unique, a été autorisé en avril 2016. Les études et les actions de recherche développées sur le site ont abouti à des avancées significatives concernant les potentialités de modélisation des flux de résidus de médicaments, l’efficacité des traitements complémentaires par ozonation, la compréhension du devenir des micropolluants au sein des boues d’épuration et dans le milieu aquatique, l’évaluation de leurs impacts sur les organismes aquatiques, le développement d’outils analytiques et la mise en évidence de leviers d’action pour réduire les rejets de résidus de médicaments dans l’environnement.