John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Signaux faibles et acteurs faibles en santé environnementale Volume 12, numéro 4, Juillet-Août 2013

Auteur
Université Rennes 2 ESO-Rennes UMR 6590 CNRS Place du recteur Henri-Le-Moal CS 24307 35043 Rennes cedex France
  • Mots-clés : élimination des déchets, évaluation des risques, pollution de l’environnement, réseaux sociaux
  • DOI : 10.1684/ers.2013.0628
  • Page(s) : 299-302
  • Année de parution : 2013

Une approche sociologique des signalements populaires de pathologies en santé environnementale doit viser à caractériser leur ancrage social, c’est-à-dire les réseaux par lesquels des signaux émergent et acquièrent une réalité partagée au sein d’un groupe social. En prenant appui sur des recherches en cours relatives à des signalements de cancers associés à des déchets, l’argument de l’article est que les signalements sont portés par des acteurs faibles, c’est-à-dire des acteurs en situation de périphérie, dont les capacités d’action collective ne sont pas reconnues et qui ont un accès limité à l’espace public. Pour faire valoir leurs revendications d’un environnement sain, ils ont besoin de médiations en capacité de constituer la situation locale en un cas emblématique d’un problème plus général de santé environnementale. En retour, ces médiations ont des effets sur la définition du problème de santé mis en avant localement.