John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Rôle des oiseaux dans l’écologie de la fièvre du Nil occidental : exemple du Héron gardeboeuf en Camargue Volume 4, numéro 2, Mars-Avril 2005

Auteurs
Unité Biomathématiques et épidémiologie, Laboratoire Environnement et prévision pour la santé des populations/Techniques de l’imagerie, de la modélisation et de la cognition (EPSP-TIMC), École nationale vétérinaire de Lyon, 1, avenue Bourgelat, BP 83, 69280 Marcy l’Étoile France, Station biologique de la Tour du Valat, Le Sambuc,13200 Arles
  • Mots-clés : encéphalite West Nile, épidémiologie, insecte vecteur, modèle théorique, oiseaux, région méditerranéenne, réservoir virus
  • Page(s) : 101-8
  • Année de parution : 2005

Par leurs capacités d’adaptation, les oiseaux ont su coloniser une grande partie des milieux disponibles à la surface du globe de la banquise arctique à l’Afrique subsaharienne. Ils sont aussi le réservoir de nombreux agents pathogènes bactériens, parasitaires ou viraux. Par leurs migrations, ils font le lien entre des zones biogéographiques diverses et sont responsables de la dispersion de ces agents. Dans un tel paysage, l’élaboration d’un modèle conceptuel de dynamique spatiale et temporelle constitue un premier pas vers la compréhension du rôle que les oiseaux peuvent jouer dans l’épidémiologie de ces maladies. Dans le contexte de la maladie de West Nile, une arbovirose transmise par des moustiques et ayant des oiseaux pour réservoirs, nous avons développé un modèle de dynamique spatiale d’une espèce oiseau potentiellement réservoir afin de mieux comprendre l’épidémiologie de cette maladie en Camargue où elle apparaît régulièrement sous forme d’épidémies/épizooties. De cette analyse, nous avons déterminé des milieux ou biotopes et des périodes à risque et proposé un indice de risque de contact réservoir–vecteur.